Retour sur l'événement " Les serres urbaines sous la loupe "

La journée d’échange sur les serres urbaines a eu lieu le 3 avril dernier, dans la salle Polyvalente du pavillon Cœur des sciences de l’UQAM. Réalisée en collaboration avec le Centre des Organismes Communautaires (COCo) et le Laboratoire sur l’agriculture urbaine (AU/LAB), cette initiative du Projet impact collectif (PIC) a rassemblé près de 100 acteurs montréalais provenant de divers milieux : communautaire, universitaire, municipal, agricole et de la santé.

Ce projet a été mis en place à la demande des acteurs des quartiers appuyés par le PIC. En effet, parmi les 17 quartiers PIC, il y en a 7 qui travaillent sur leur système alimentaire et qui ont besoin d’être outillés à ce sujet.

Les serres urbaines étant un élément important de l’étape de production dans les systèmes alimentaires locaux, il a été trouvé judicieux de créer un espace d’échanges, entre organismes et experts en agriculture urbaine.

Animée par Jean-Philippe Vermette, directeur des interventions et des politiques publiques à AU/LAB, la journée a commencé avec deux présentations techniques. Plusieurs sujets ont été abordés, notamment, les différents types de serres, leur intégration dans les systèmes alimentaires et les réglementations en vigueur.


Photo : Les Jardins des Patriotes

L’après-midi, il y a eu quatre autres présentations de projets montréalais inspirants : la coopérative les Serres du dos blanc (Saint-Laurent), Notre Quartier Nourricier (Centre-Sud), les serres des Jardins des Patriotes (Saint-Michel) et Vert Harmonie (Mercier-Ouest). Ce fut l’occasion pour ces acteurs de changement de parler de leurs expériences, des difficultés rencontrées et de leurs succès.


Photo : Vert Harmonie

Ces projets de différentes envergures avec des orientations diverses, afin de donner aux participants un aperçu plus large des réalités liées à l’intégration des serres urbaines dans un système alimentaire.

La journée a été organisée de telle sorte que tous ceux qui étaient présents pouvaient avoir accès aux experts et aux organismes qui avaient présenté leurs projets.

En effet, après chaque série de présentations (celle du matin et de l’après-midi), il y avait quatre différents ateliers qui réunissaient une vingtaine de personnes avec les intervenants. Les participants pouvaient à chaque fois assister à au moins deux ateliers.

C’est donc dans cet esprit d’entraide et d’encouragement que s’est achevée la journée d’échange sur les serres urbaines. Les acteurs montréalais qui ont participé sont rentrés la tête pleine d’idées et d’inspirations pour améliorer leur système alimentaire local.